Sport

Préparation du sportif

Que vous soyez sportif de loisir ou à haut, voire très haut niveau, et quelle que soit votre discipline, la préparation et l’échauffement sont des étapes primordiales et plus particulièrement en amont d’épreuves d'endurance, de défis…

La durée de cette préparation varie en fonction de votre pratique sportive mais doit être comprise entre 20 et 45 minutes pour les sportifs amateurs et de loisir. Les sportifs de compétition ou à très haut niveau auront tout intérêt, quant à eux, à la prolonger de 1h30 à plus de 2 heures.

Au-delà de l’échauffement, les sportifs qui tendent à obtenir de meilleures performances et veulent éviter tout problème de santé, connaissent bien l'ANC (apport nutritionnel conseillé) en vitamines et minéraux et n’ignorent rien de l’alimentation et des boissons riches en glucides et autres apports indispensables pour ce faire.

Leur consommation en nourriture doit être adaptée durant les 2 à 3 jours préalables à une compétition et 3 h avant l'entraînement. De même pour les boissons énergisantes, isotoniques. Leur composition doit être particulièrement bien soignée, réfléchie, avec des conseils de spécialistes. Elles sont le plus souvent composées de lait issu des végétaux, de glucose (ex: miel), de sodium (ex : sel de nigari, ou Himalaya, ou 100/100 céléri), vitamine C (ex: citron jaune ou vert ou les 2).

Souvent conseillée, la maltodextrine est un complément nutritionnel intéressant dont l'objectif est d'enrichir la ration alimentaire en glucides. Il s’agit donc d’une source d’énergie intéressante et facilement gérée par l’organisme. Ayant peu d'effets négatifs (sauf par excès), elle sert également de boisson de récupération.

Pour les sportifs qui désirent améliorer leurs performances, il leur est plutôt conseillé de prendre des boissons énergisantes, isotoniques par petites quantités pendant l'effort (15 à 30 cl toutes les 20 à 30 minutes), mais surtout 3h et 1h avant l'effort puis 1h après celui-ci. La maltodextrine est d’ailleurs souvent utilisée par les sportifs d'endurance avant les efforts pour maximiser les réserves de glycogène qui sont stockées au niveau du foie et des muscles. Pour les sportifs pratiquant des sports d’endurance régulièrement, voire au quotidien, on conseillera donc de prendre davantage de glycogène.

Les sportifs de compétition à haut niveau :

Les sportifs professionnels connaissent bien leur corps dont l'échauffement qui n'a pas de secret pour eux mais aussi leurs capacités respiratoires et d’endurance, le rythme cardiaque pendant l'effort, leur temps de récupération (qui est souvent très rapide), leurs limites. Ils ne transpirent pas à grosses gouttes et savent se réhydrater par petites doses afin d'éviter de perdre les éléments nécessaires vitaux (eau, sels minéraux, sodium, etc.). Ils ont une morphologie qui s’est adaptée au sport qu’ils pratiquent. Ils sont un exemple inspirant pour les sportifs loisirs et amateurs qui ont tout intérêt à bien les observer pour éviter les problèmes de santé.

Bien sûr, il ne faut pas oublier que ces professionnels sont extrêmement bien encadrés : coachs "personnalisés", briefers, médecins du sport, kinésithérapeutes spécialisés, ostéopathes, ou encore chiropracteurs et qu’ils ont à leur disposition du matériel d'entraînement adapté. De même, les sportifs de très haut niveau ont accès à une alimentation et des boissons qui ne sont pas à la portée de Mr et Mme Tout-le-monde. Contrairement aux idées reçues, ces préparations n’ont rien à voir avec des drogues (sauf exceptions liées à des "laboratoires pharmaceutiques").

Le sportif professionnel peut être amené à prendre de l'éphédrine, cependant il faut savoir que cette substance est interdite en Union Européenne depuis mai 2007. Utilisée par certains comme coupe-faim, elle provoque des effets secondaires non négligeables et l’on peut en trouver des traces dans certains compléments alimentaires, il convient donc de redoubler de vigilance sur le dosage.